Accueil > Contributions > « Bienveillance et solidarité dans la transition », c’est possible (...)

« Bienveillance et solidarité dans la transition », c’est possible !

Le collectif transition citoyenne en pays de Brest, soucieux d’une cohérence entre sa volonté d’œuvrer collectivement pour une société plus en accord avec des valeurs de respect, de tolérance  et  les  comportements individuels a proposé une formation « Communication non-violente » qui a réuni fin 2015 une quinzaine de ses membres.

Une contribution de Claire Engrand-Desse que l’on peut aussi retrouver sur le site du Forum des usages, édition 2016

Présentation

J’ai rejoint, depuis peu, le Collectif pour une transition citoyenne en Pays de Brest. Ce collectif, né en 2014, au niveau local, se réfère à la « Déclaration commune du Collectif (national) pour une Transition citoyenne« , qui vise à « consolider les synergies », « donner plus de force et de visibilité aux initiatives », multiples, individuelles ou collectives, engagées par « des centaines de milliers de personnes qui construisent des alternatives au modèle actuel ». Et veut contribuer à « donner envie à un maximum de citoyens, citoyennes et de structures, de s’engager dans une transition écologique, sociale, économique et humaine ».

La « transformation non-violente de la société » est au cœur du projet, tel qu’il a été initié au niveau national. Très concrètement, celui-ci suppose en effet « d’unir nos forces, de coopérer et de sortir des logiques de chapelles […], nous relier pour nous soutenir mutuellement ». Ce qui est loin d’être évident, lorsque l’on sait le degré d’engagement personnel que supposent souvent les investissements militants, la force de conviction que l’on cherche parfois à déployer pour communiquer, convaincre, et entraîner l’adhésion…

Description du projet

Le projet de formation à la communication non violente a émergé dès la fin de l’année 2014, lors du forum ouvert du 6 décembre, c’est-à-dire quelques mois avant que le Collectif brestois se structure en association, et se dote de ses statuts.

L’objectif de ce forum ouvert, réunissant des citoyens intéressés, était de faire un premier état des lieux de ce que les uns et les autres mettaient derrière le terme « être en transition » dans une société, de repérer les actions concrètes déjà engagées, et d’identifier celles que l’on avait envie de mener pour mettre en œuvre les valeurs portées par le Collectif. Le thème de « la bienveillance et de la solidarité dans la transition » a émergé d’emblée et a fait l’objet d’un premier atelier pour en circonscrire les contours ; et son opérationnalisation a été travaillée ensuite, dans un second atelier.

Le choix, porté par la quinzaine de personnes intéressées, adhérentes ou sympathisantes, a été de constituer un groupe, qui s’est engagé dans une formation nécessitant un degré relativement élevé d’implication personnelle : trois modules d’un week-end, et des ateliers de pratique, « car il s’agit d’un véritable langage à acquérir » progressivement, à travers une pratique au long cours : « on s’est rendu compte », dit Céline qui a porté le projet, « que si on voulait une société plus en accord avec des valeurs de respect, de tolérance et d’écoute, il fallait déjà commencer par se former, prendre conscience de ses conditionnements, se mettre à l’écoute de ses émotions, apprendre à les prendre en charge, sortir du jugement… »

Par expérience, dans la sphère professionnelle dans laquelle elle exerce, elle sait que ce type de démarche est susceptible d’entraîner des changements significatifs, lorsqu’il est porté par toute une équipe qui en fait son mode d’intervention, au quotidien. Pour l’instant, au niveau du Collectif pour une transition citoyenne, le défi est d’attendre que le groupe ait achevé sa formation, pour qu’il puisse en restituer aux autres membres des éléments significatifs, susceptibles d’étayer et d’enrichir, au quotidien, des modes d’action et de communication toujours plus respectueux des différences.

Le challenge est de réussir à le faire, dans un Collectif qui, par essence, est sans cesse « en émergence », puisqu’il est en permanence ouvert à un renouvellement des acteurs qui le composent, qui lui confèrent une partie de son énergie et de sa force, et lui apportent des savoir-faire et des ressources en matière de coopération, ancrés dans des univers de référence riches et diversifiés.

 

Voir en ligne : http://transitioncitoyennebrest.inf...

À la une

  • Baliz de Brest

    Baliz de Brest est une association de plasticiennes et de plasticiens, née de la volonté de relancer les portes ouvertes d’ateliers d’artistes (...)
  • L’ALtelier

    Garage associatif pour nos velos, voitures, tracteurs,... et atelier collectif pour nos réparations et fabrications diverses de machines en tous (...)
  • La Cour du Juch

    "La Cour du Juch" aura plusieurs activités : des bureaux partagés et des salles à louer pour quelques heures, des formations créatives, des ateliers (...)