Accueil > Contributions > On passe à l’acte, les initiatives positives en Bretagne et 44 (un sur (...)

On passe à l’acte, les initiatives positives en Bretagne et 44 (un sur 5)

Pour prolonger le succès des projections d’Artistes de la vie t (salle comble au cinéma l’Arvor hier à Rennes) voici une piblication en 4 épisodes des 40 interviews d’act.eurs.ice.s De Bretagne (et 44) publiés par On passe à l’acte en janvier 2020

Voir aussi la plate-forme "Place à l’acte"

Des textes et liens repris du site On passe à l’acte en sélectionnant la région Bretagne et les Pays de Loire (pour le 44), un site sous licence CC by sa

Voici une première série de 8 interviews (une sur 5) dont vous pouvez consulter la vidéo en cliquant sur le titre.


J’ai décidé d’engager la transformation de mon entreprise vers une organisation horizontale, collaborative et libérée

Renoncer à l’exercice du pouvoir pour créer une entreprise libérée

Alexandre Gérard est un chef-d’entreprise qui a décidé de repenser sa posture de dirigeant.

Il a donc décidé de renoncer au pouvoir que lui offrait son poste hiérarchique et de changer de regard sur ses équipes et la façon dont il les gère.

Pour cela, il a initié un processus de transformation vers une organisation collaborative et libérée, basée sur la confiance et la responsabilité de chaque collaborateur.

L’idée est de laisser plus de place à l’équipe pour que chaque collaborateur puisse trouver sa place et se réaliser dans son travail en fonctionnant en intelligence collective et en méthodes agiles.

Les résultats :

- Un cadre harmonieux mis en place
- Des employés qui ont confiance en eux et en leur entreprise
- Une meilleure performance de l’entreprise
- Une meilleure capacité à absorber les crises économiques

Alexandre Gérard nous partage une des maximes qui l’a guidé : "Dire fait rire, faire fait taire".


J’ai décidé de me présenter comme candidate citoyenne à l’élection présidentielle

Présenter une liste citoyenne collective aux élections présidentielles

Pour ne pas rester devant les simples constats de ce qui n’était pas satisfaisant, Charlotte a décidé d’agir et d’être candidate citoyenne à l’élection présidentielle.

L’idée : changer de système, prouver que tout le monde peut être candidat, sans parti.

Résultats :

- 120 000 inscrits sur la Primaire.org, la plateforme citoyenne collective
- 32 000 votants sur la plateforme
- la candidature citoyenne a été relayée par les médias
- Charlotte a obtenu 135 signatures parrainages de grands électeurs

Pour Charlotte, cette candidature satisfaisait son besoin d’action et c’était une manière de "déjouer le système, de dire c’est possible " !

Aujourd’hui, elle "espère que cette campagne présidentielle hors du commun résonnera comme un appel à oser le Big Bang démocratique, un appel à ce que des milliers de citoyennes et de citoyens se sentent la force d’agir en politique, pour initier un raz-de-marée citoyen venant de chaque campagne, de chaque village, de chaque ville et de chaque quartier." (source : Charlotte Marchandise.fr)


On a décidé d’aider les gens à faire leurs conférences gesticulées

Encourager l’émancipation des citoyens

"Un conseiller de pôle emploi est venu nous voir et nous a dit : "soit je fais une conférence gesticulée, soit je fais un cancer". On lui a dit : "fais une conférence gesticulée, c’est mieux" !

Gael, Franck et d’autres ont décidé de former les gens pour qu’ils fassent leurs propres conférences gesticulées : "des centaines de personnes se disent mais moi aussi, j’ai des choses à dire, moi aussi, je veux partager mon expérience !"

Résultats :

- Ils ont le sentiment de fabriquer des "boules de neige" : une conférence en amène d’autres, qui en entraine encore d’autres ...
- Ils encouragent les gens à repenser politiquement, à s’exprimer librement sans barrière

Il s’agit d’inviter les personnes à "se repenser comme sujet politique et non pas comme objet d’une domination incomprise", "amener les gens à comprendre où ils sont dans le monde, ou ils veulent aller, et comment le monde fonctionne : ce qu’on appelle l’émancipation".


J’ai décidé de créer le premier magasin coopératif bio dans les années 1970


Innover et créer même sans moyens

Alexis est un sacré pionnier ! Alors qu’il n’avait qu’environ 700 euros en poche, il a décidé de monter un magasin bio innovant dans sa manière de fonctionner en coopérative.

Résultat : ça marche ! d’abord tout seul, il est vite rejoint par d’autres salariés/associés. Il sera ainsi à l’initiative des premières coopératives bio.

Pour Alexis, "on a besoin dans ce monde de précurseurs (...) de lanceurs d’idées, lanceurs de possibles".


J’ai décidé d’abandonner un modèle d’agriculture extensive pour devenir paysan meunier bio

S’engager pour une agriculture saine, durable et à taille humaine

Issu d’une formation agricole classique, Jean-Pierre comprend très vite que les agriculteurs sont pieds et poings liés face aux vendeurs de semences et de produits chimiques. Il décide de tout plaquer pour une agriculture biologique et de revenir à son rêve d’enfant, inspiré par Alphonse Daudet : faire tourner un moulin à vent comme par le passé. Depuis plusieurs années, il cultive son blé, le moud et le vend en circuit court. Au delà d’une liberté et autonomie gagnée, son initiative a un tel succès qu’il doit refuser de la clientèle. De quoi rêver d’un territoire à nouveau parsemé de moulins à vent...


J’ai décidé de contribuer au bien commun en me consacrant à la cartographie citoyenne et en devenant administrateur à Openstreetmap

Agir pour le libre accès et le partage des données

Louis-Julien était frustré de constater une difficulté de reconnaissance et de partage de données.

Par passion pour la cartographie et par conviction pour l’information collaborative, il décide de s’investir dans la cartographie citoyenne et devient contributeur puis administrateur à Openstreetmap.

Résultat :

- Il assiste et contribue au succès de la cartographie collaborative : par exemple, les cartographes des collectivités locales les contactent pour qu’ils travaillent ensemble, et ils sont maintenant reconnus notamment par l’IGN
- Au-delà de la cartographie de données, Openstreetmap est devenu un formidable outil de création de réseau et de communautés
- Des services émergent (applications mobiles et web) pour aller plus loin !

"C’est une véritable boite de Pandorre, et c’est terriblement excitant. On va peut-être changer le monde avec ça !"


On a décidé d’utiliser les pratiques coopératives dans nos projets

On passe à l’acte de la coopération à Brest !

3 jours d’échange autour de l’émergence d’une société contributive qui augmente le pouvoir d’agir des personnes et rend possible un travail en réseau ça donne ça ! De nombreux acteurs du numérique et du coopératif qui s’engagent pour plus de coopération.

Durée : 6’41 - Réalisé en 2014


J’ai décidé de créer des points d’accès gratuits à Internet partout dans la ville

Rendre le numérique accessible à tous

Elu municipal chargé du numérique à Brest, Michel Briand a facilité la création d’une centaine de PAPI (Point d’Accès Public à Internet) dans des lieux habituellement fréquentés par les habitants. Des ateliers gratuits sont proposés pour que les gens s’approprient, à leur rythme, les outils numériques.

Résultat : des centaines de sites web ont été créés par des écoles et des associations de la ville.

Plus de doutes, le numérique pour tous, c’est possible !



La plate forme Place à l’acte

- Unique en son genre

Place à l’acte est une plateforme innovante qui donne accès gratuitement à plus de 250 outils et services pour trouver sa voie et lancer son projet à impact positif

- Espace d’entraide

Elle comporte aussi un espace d’entraide communautaire où chacun peut partager son projet, faire équipe ou encore aider des projets existants

- Espace de partage

Sur cette plateforme participative, chacun peut partager ses outils et ses bons plans pour s’entraider

À la une