Accueil > Contributions > Circuits courts et bio : la CCPR veut être motrice

Circuits courts et bio : la CCPR veut être motrice

La Communauté de communes du pays de Redon (CCPR) a fait sa rentrée avec une réunion où les questions environnementales et agricoles ont occupé une grande place.
Rentrée très bio pour le conseil communautaire à Redon. Les élus de la Communauté de communes du pays de Redon (CCPR) ont longuement évoqué les circuits courts et l’agriculture biologique, dans la restauration collective.
« Une loi prévoit 40 % d’approvisionnements locaux et 20 % de bio », a rappelé Jean-François Mary, le président. Un texte voté « à l’Assemblée nationale, mais pas pour l’instant au Sénat », a précisé Patrick Morael, directeur de la Cap 44.
Cette structure va épauler l’intercommunalité dans le cadre d’un appel à projet du Ministère de l’agriculture, qui prévoit notamment une aide financière pour les lauréats afin de mettre en place des Projets alimentaires territoriaux (PAT). Ces PAT doivent permettre de « rapprocher production locale et consommation locale », selon le Ministère.
C’est le souhait de la CCPR. Jean-François Mary a notamment énoncé l’agriculture dans ses priorités lors de son discours de rentrée. « L’idée est de mettre en synergie les acteurs alimentaires et de réaliser un inventaire des initiatives sur le territoire, a indiqué le président. Tous les partenaires [NDLR : associations, agriculteurs, etc.] doivent travailler ensemble pour former un réseau fédérateur. »
Dans cette optique, une réunion doit être calée au début du mois d’octobre pour évoquer les grandes lignes du futur PAT. Un dossier sera déposé début décembre et le Ministère rendra son verdict fin février, début mars. « Pour être retenu, le projet du pays de Redon devra montrer une cohérence globale et pas seulement être centré sur une seule problématique, prévient Patrick Morael. L’an dernier, sur 200 candidatures, 20 avaient été acceptées. »
Espace-test agricole
Le territoire pourra mettre en avant son initiative innovante, à Théhillac (Morbihan) : achetée par la CCPR en 2010 et rénovée cette année, la ferme de Cranhouët accueille désormais un Espace-test agricole. L’idée est simple : de jeunes agriculteurs vont venir y faire leurs marques pendant un ou deux ans, en période d’essai avec des garanties financières, avant d’installer définitivement leurs maraîchages biologiques dans le secteur. « C’est le même principe que les pépinières d’entreprises », a résumé Jean-François Mary.
Un porteur de projet s’est installé début septembre et sera rejoint dans quelques jours par un second, soit le maximum. Ils seront accompagnés par l’intercommunalité, mais aussi la Coopérative d’installation en agriculture paysanne (Ciap) et l’association Manger local (1). Cette dernière se chargera notamment d’approvisionner le réseau de la restauration collective avec les produits cultivés dans l’Espace-test.
(1) La délibération a été votée avec un vote contre et une abstention, celle de Christian Lemée, le maire de Théhillac, qui a émis « quelques réserves », notamment sur des questions techniques.

Voir en ligne : http://www.cdredon.bzh/single-post/...

À la une

  • La fabrik des possibles

    Un lieu atypique qui combine un atelier, une galerie/boutique et un salon de thé. On peut acheter les objets des créateurs présentés – chaque (...)
  • Quais des rêves

    Quais des rêves est une aventure artistique à quatre mains et une bonne dose de rêves. Deux artistes plasticiennes amoureuses de leur cité, (...)
  • L’Effet Papillon : Recyclerie / Friperie / Tiers lieu à Baud (56)

    Plusieurs constats ont motivés le montage et la réalisation de ce projet : la nécessité urgente de la réduction des déchets et de la mutualisation des (...)