Accueil > Contributions > « La ville de demain ? » Une ville « comestible », avec beaucoup plus de (...)

« La ville de demain ? » Une ville « comestible », avec beaucoup plus de végétal, où l’esthétique et l’art auront une place…

Merci à Jessica, pour le foisonnement de ses réponses, et de ses interrogations. Un apport qui viendra alimenter notre travail en atelier destiné à préparer le cycle de cours public sur « la ville de demain » qui commencera en septembre prochain à l’UBO.

Si vous souhaitez, vous aussi, nous aider à préparer le forum participatif du 1er avril, vous pouvez télécharger notre grille Interview_la ville de demain et nous transmettre votre contribution.

  • Peux-tu te présenter en quelques lignes…quel est ton lieu de résidence/travail ? Je m’appelle Jessica et habite à Plouzané. Je travaille à Brest et plus largement dans le Finistère/ grand ouest.
  • En tant que citoyen, professionnel, acteur, comment contribues-tu déjà aujourd’hui à la construction de la ville de demain ?

En tant que citoyenne, j’ai participé au lancement et à la mise en place des Incroyables Comestibles sur le Pays de Brest. Je contribue au projet « incroyables comestibles fruitiers » qui a pour objet de planter des arbres fruitiers sur l’espace public, les fruits étant disponibles gratuitement pour les passants-cueilleurs. Cette année (en mars avril), une vingtaine d’arbres fruitiers seront plantés sur le Pays de Brest. J’ai contribué au lancement du Collectif pour une transition citoyenne sur le Pays de Brest. De façon plus personnelle, je suis adhérente à Court-Circuit et mange bio et local le plus possible, j’ai abandonné le nucléaire en me fournissant chez Enercoop, j’utilise la monnaie complémentaire Heol, je troque, donne, j’échange, je répare et fréquente les donneries…

En tant que professionnelle, à travers mon métier de facilitatrice, je forme des personnes aux outils coopératifs, à l’intelligence collective, à la communication bienveillante… Dans le cadre de mon travail, je reçois aussi des personnes ayant besoin de soutien dans des moments difficiles et travaille avec eux grâce à la communication non violente pour retrouver confiance, clarifier les idées, se parler à soi et aux autres de façon bienveillante et passer en mode action positive ! Soigner les esprits…

  • Quelle est ta vision de la ville de demain ?

Pour moi, la ville de demain est une ville…

– Comestible ! Où des ballades fléchées permettent de se promener et de revenir avec plein de produits locaux gratuitement (fruits, légumes aromatiques…) ; où des plantes et arbres comestibles sont plantés par les services espaces verts dès que cela est possible.

– Avec beaucoup plus de végétal au cœur de la ville, et pas seulement des « parcs », mais aussi des zones sauvages ou semi-sauvages. Ainsi, reconnecter l’Homme à la nature !

– Où l’esthétique fait partie intégrante des plans d’urbanisme, de l’art dans les rues, de la couleur, du design, de la beauté !

Où les habitants se rassemblent pour mener à bien des projets utiles au bien commun grâce à la coopération (c’est déjà le cas, encore plus !) = disposer de lieux adéquats et gratuits, ouverts.

– Où la place du vélo et des piétons est valorisée, celle de la voiture rationalisée.

– Où il y a des écoles « modernes » répondant aux défis éducatifs actuels (à Brest par exemple, 1 seule école Freinet vétuste et surchargée et ne pouvant accueillir aucun nouvel élève faute de place ? Pourtant la demande des familles est forte !) Scandaleux au vu des besoins d’aujourd’hui…

Où la vie municipale est gérée par une assemblée de citoyens, pour une gouvernance participative et coopérative, notamment pour prendre les décisions stratégiques et pas seulement pour être « consulté » comme c’est le cas aujourd’hui.

– Où le maire (dans ma vision l’assemblée citoyenne, donc) refuse l’installation des compteurs Linky et tout ce qui ne sert pas le bien commun, et protège les habitants des plans peu scrupuleux de multinationales…

– Où le commerce de produits locaux est boosté, plus largement, que les acteurs de l’économie sociale et solidaire soient rendus visibles, dans un lieu commun, central, car c’est eux aussi qui portent les projets de la ville de demain.

  •  Parmi les dix thématiques qui seront proposées lors du forum, qu’elles sont celles qui t’interpellent ? Pourquoi ? Quels sont tes questionnements, autour de ces thématiques ?

  « Les mobilités de demain ? » / Comment améliorer la multimodalité de transports dans la ville en favorisant les transports doux et sans pénaliser la voiture ? Des pédibus pour les écoliers dans tous les quartiers, est-ce possible ? Comment ?

– « Petits et grands projets dans la ville ? » / De la force des petites actions : comment permettre, favoriser ? Comment rendre visible tout ce qui se passe sur un territoire ? Grands projets : associer les citoyens et prendre en compte leurs voix. Comment (mieux) faire ?

– « Dynamiques commerciales et de proximité ? » / Du local, du local, avant tout ! Comment favoriser le commerce de produits locaux ? Par exemple à Todmorden (Angleterre), les particuliers ayant des poules et souhaitant vendre des œufs à l’unité sont répertoriés sur une carte ! Cela a permis de sensibiliser la population à l’intérêt d’acheter local et a boosté les ventes de produits locaux.

– « Le numérique dans la ville ? » / Oui, mais pas à n’importe quel prix ! C’est à dire pas n’importe où, n’importe comment, sans prise en compte des risques… Favoriser l’accès à internet pour tous, oui ! (PAPI par exemple) mais : est-ce responsable de généraliser le wi-fi partout, y compris au contact des enfants les plus jeunes au sein des écoles ? Est-ce responsable d’inciter les personnes à se servir d’internet pour toute communication, y compris avec des personnes qu’on voit régulièrement (école, clubs de sports…) et avec qui on parlait, avant l’obligation de communiquer par mail. (Voir aussi l’impact des envois de mails sur l’environnement, la santé…) ? Quand le numérique relie, quand le numérique coupe les relations « dans la vraie vie » ? Et si on n’utilisait le numérique que lorsque la relation « directe », vivante, n’est pas possible ?

– « Le paysage dans la ville ? » / Quelle place pour les artistes ? La création paysagère ? Des zones sauvages ?

– « Nature, culture et jardins dans et autour de la ville ? » / Des potagers incroyables comestibles dans chaque quartier, est-ce possible, est-ce désirable ? Comment créer une résilience alimentaire locale grâce aux incroyables comestibles par exemple ? Comment faire de la nature et plus particulièrement des jardins des outils pédagogiques (1 jardin dans chaque école primaire !), thérapeutiques (milieu carcéral, personnes handicapées moteur, psychologiques…). Par exemple toujours à Totdmorden, les médecins peuvent prescrire à des personnes en état de stress / dépression des heures de jardinage dans les jardins partagés de la ville… les résultats semblent hyper positifs comparés aux prises de médicaments…

– « Travailler dans la ville (tous secteurs d’activités confondus) ? » / Comment trouver des financements pour permettre aux porteurs de projets « d’utilité publique » de lancer leur activité avec plus de sécurité ? Idem pour l’action associative : trouver des financements pour pérenniser et développer l’emploi au sein de ces structures si dynamisantes pour une ville ?

– « Habiter et vivre dans mon quartier et dans ma ville ? / Comment redonner aux habitants la possibilité d’agir dans leur quartier, leur ville ? Comment organiser une participation citoyenne active afin que les habitants puissent proposer et décider des questions qui les concernent (démocratie populaire, assemblées citoyennes…) ? Comment libérer du temps pour qu’ils puissent participer (et ainsi avoir des personnes représentatives de la population, sinon, il n’y a que des retraités !)

Voir en ligne : http://transitioncitoyennebrest.inf...

À la une

  • Blaz an Douar

    “Vieille de 100 millions d’années, la pollinisation pourrait être le plus ancien partenariat d’entreprise de la planète.” Imaginons un lieu au coeur (...)
  • Castel FabLab

    Une fiche initialement publiée dans le "Porte folio des pratiques collaboratives", rédigé par Collporterre à la suite du programme DOMINO. (...)
  • Le ProfLab

    Une fiche initialement publiée dans le "Porte folio des pratiques collaboratives", rédigé par Collporterre à la suite du programme DOMINO. (...)