Accueil > Contributions > Alors, on danse ? Identités en mouvement : quand danse et musique tissent (...)

Alors, on danse ? Identités en mouvement : quand danse et musique tissent des histoires familiales projet proposé par l’école Saint Jean Baptiste

Cette initiative fait partie des 40 projets soutenus par la Ville de Brest dans le cadre de l’Appel à Projets "Usages du numérique" 2020.

L’école primaire coopérative St Jean Baptiste anime une webradio depuis 2015.
Les objectifs qui ont fondé ce projet étaient et sont toujours :
– améliorer l’expression orale et écrite des élèves,
– renforcer les liens école/familles
– rendre l’école visible dans le quartier et dans la ville.

Une première année de radio passée à découvrir et faire connaître l’école et le quartier a abouti à une émission en public dans les locaux de la médiathèque du quartier. En 2016/2017, l’école a accueilli une documentariste de France Culture/Arte radio en résidence pendant 3 semaines. Les petits pieds sur scène ont cloturé X ce travail lors du festival Longueurs d’ondes.
En 2017/2018, recentrage surla webradio gérée en équipe d’école avec mise en ligne d’émissions produites sans autre partenaire.
En 2018/2019, l’équipe a souhaité remettre en place un partenariat avec Longueurs d’ondes/Oufipo pour une « tournée des matinales de radio st Jean Baptiste ». L’idée était cette fois de sortir du quartier et d’aller découvrir des lieux Brestois mais aussi et surtout des métiers et les personnes qui les exercent. Cette idée a été tellement porteuse que la tournée s’est poursuivie une deuxième année en 2019/2020. Tour à tour, les élèves ont ainsi découvert la résidence autonomie de Poul ar Bachet, et le métier d’auxiliaire de soins, les coulisses du Quartz et les métiers du spectacle vivant, les locaux du conservatoire de musique et danse ainsi que les professionnels qui y travaillent. En 2019/2020, une première émission s’est déroulée dans le cadre de la semaine de la santé autour de l’unité sommeil de l’hôpital, en présence d’un médecin spécialisé dans les troubles du sommeil. Les préparatifs de l’émission suivante ont permis aux élèves de visiter les ateliers de Naval Group et d’interviewer deux professionnels de la construction navale lors de l’émission aux Capucins toujours dans le cadre du festival longueurs d’ondes. La pandémie a eu raison de la volonté de l’équipe de faire une émission dans les coulisses d’Océanopolis.

Les effets constatés chez les élèves
L’équipe enseignante ne peut que constater les compétences ainsi développées par les élèves.
L’exigence de mettre toute l’école, de la PS au CM2 en projet autour de la radio les conduit à « grandir avec le micro » et tous constatent que l’aisance des élèves à s’exprimer en public et devant un micro va grandissante. Ici, pas besoin de concours d’éloquence ! Chacun approche ces savoir faire et savoir-être à son rythme. Les tours et détours sur les aspects plus techniques des émissions sont possibles pour les plus timides ou émotif-ve-s, pendant des années ! Et puis, petit à petit,
l’émulation aidant, vient le jour où chacun-e se jette à l’eau et s’asseoit autour de la table des animateurs devant une salle comble.

Personne ne peut nier l’intérêt qu’offre la radio pour donner du sens à l’écrit. Peu ou pas de place pour le spontané sur la radio des artistes ! Tout ce que disent les grands est écrit avant d’être dit au micro. Avec les années, les élèves réalisent combien il est important de bien formuler ce que l’on veut dire. Ils s’attellent à différents types d’écrits, de l’interview à la chronique, en passant par l’animation de l’émission, des jeux ou l’exposé de recettes de cuisine.

Ils réalisent aussi combien l’articulation compte pour être compris. Et ce, très jeunes. Chacun dit et répète son texte jusqu’à ce qu’il soit audible. Là non plus, pas de compétition. On essaie tant qu’on peut, on arrête quand on veut. Les propos des plus petits sont souvent accompagnés d’images pour valoriser leur expression tout en permettant de les comprendre. Les petits enregistrent aussi des bruits, produisent des sons qui font l’habillage des émissions. Mais surtout, tous savent que ce qu’ils
ne font pas un jour, ils pourront le tenter une autre, voire plein d’autres fois !


Le projet 2020/2021

Le projet a débuté dans le quartier en 2015. Les élèves ont exploré Pontanézen jusque dans ses moindres recoins, allant même jusqu’à visiter les caves des immeubles avec leur micro ! Puis ils se sont racontés sur une scène à l’extérieur du quartier. Ensuite ils sont allés à la rencontre d’autres univers que le leur pendant deux années de matinales. Les artistes de radio St Jean Baptiste ont mis en valeur des lieux et des métiers qui leur étaient inconnus et ont emmené leur public avec eux.
Aujourd’hui, ce sont les élèves et leurs familles que l’équipe enseignante veut mettre en valeur.

Concrètement ? Produire des diaporamas sonores où les familles des élèves parleront/montreront leur rapport à la musique et à la danse.

Dans ce projet, la photo viendra soutenir le propos oral.

Objectifs
– Questionner son rapport à la musique et à la danse pour mieux se connaître. Partager cette connaissance pour mieux connaître les autres. Mieux s’accepter pour mieux vivre ensemble.
En témoigner pour s’enrichir mutuellement. C’est ce qui sous-tend les projets de l’année 2020-2021.
– Poursuivre le développement des compétences dans les domaines d’apprentissage
lire/dire/écrire, vivre ensemble et formation d’un citoyen éclairé et émancipé.
– Renforcer le lien école/familles. Valoriser les cultures familiales dans les domaines de la musique et de la danse.

Les interventions de Longueurs d’ondes/oufipo
L’association interviendra en deux temps au cours de l’année scolaire :
– septembre 20 à janvier 21 : 30 heures d’ateliers à l’école (10 semaines à raison de 3h d’intervention par semaine), 10 heures de préparation des ateliers, 20 heures de postproduction, soit 60 heures au total
– mai et juin 2021:10 heures d’atelier en présentiel et 10 heures de post-production pour le diaporama final, soit 20 heures au total.

L’action aura lieu au domicile des élèves et à l’école. Tous les élèves de l’école sont
concernés, de la TPS au CM2.

Pourquoi répondre à l’AAP usages du numérique ?
Parce que la demande en matériel que nous effectuons ici servira à
– faciliter l’expression multimédia
– aider à la reconnaissance des personnes, à la construction de l’estime de soi
– poursuivre une démarche d’élaboration collaborative et de création

Ecole primaire coopérative St Jean Baptiste - Quartier de l’Europe
En partenariat avec Longueurs d’ondes/Oufipo

http://longueur-ondes.fr/
http://oufipo.org/

Voir en ligne : https://www.a-brest.net/article2440...

À la une