Accueil > Contributions > Bilan du festival Brest en communs

Bilan du festival Brest en communs

Le festival Brest en communs s’est déroulé du 13 au 21 octobre 2017 dans divers lieux brestois.

Nouvelle formule

Pour sa 5e édition, l’événement a changé de formule. Auparavant une quinzaine de jours tous les deux ans permettait de mettre un coup de projecteur sur les actions portées par les acteur.rice.s brestois.es qui créent, partagent et valorisent les communs sur leur territoire. Cette année, l’événement, renommé festival Brest en communs, s’est déroulé sur une semaine, toujours sur une fréquence bisannuelle.

Communs toute l’année

Portée par une volonté politique de promouvoir les communs tout au long de l’année, une démarche d’identification a vu le jour. En rendant visible au-delà du festival les actions et évènements relevant des communs, l’objectif est de permettre au public de mieux s’approprier cette notion en montrant la diversité et la richesse des communs sur Brest. Pour ce faire, un logo a été créé. Les acteur.rice.s organisant des événements dans le champ des communs peuvent s’en saisir et l’apposer sur leurs différents outils de communication.

En amont de l’édition 2017 du festival, plusieurs structures ont déjà commencé à utiliser ce logo. Le site www.brest-en-communs.org le propose en téléchargement sous différents formats et invite à lister les manifestations sur une page faisant office d’agenda mensuel. Actuellement, 13 événements ont été annoncés et 4 d’entre eux ont utilisé le logo sur leurs affiches. Un autocollant a été décliné et distribué sur plusieurs événements.

Vincent Garcia, présent au titre d’Heol, a indiqué que le logo pourrait être utilisé pour les débats en lien avec une « réflexion sur la société » organisés par la commission CCQ interquartier, prochainement aux Capucins.
Christian Bucher, du Collectif pour une transition citoyenne en Pays de Brest, a précisé que le logo est sur leur site : http://transitioncitoyennebrest.info

Communication

Outils
La ville de Brest a édité des supports de communication pour inviter au festival et promouvoir les communs. Pour cette édition, l’accent a été mis sur la sensibilisation à la notion de communs, avec, entre autres, l’édition d’un livret pédagogique. Il s’inspire de l’exposition « Les communs » réalisée par la communauté Remix The Commons et n’est pas daté pour pouvoir être diffusé tout au long de l’année. Le rappel de la définition d’un commun fut récurrent lors des événements du festival.

Conférence de presse
Une conférence de presse pour présenter le festival et le livret s’est tenue le 6 octobre 2017. Différentes personnes étaient associées :

  • Ronan Pichon, conseiller municipal délégué au numérique
  • Elisabeth Le Faucheur et Claire Le Pen, service Internet et expression multimédia
  • Julien Masson, Les ManufActeurs
  • Florian Lannuzel, Brezhoneg e Brest
  • Christian Bucher, Collectif transition citoyenne en Pays de Brest
    Pour la presse, Côté Brest et Le Télégramme étaient présents.

Articles de presse
Plusieurs articles relatifs au festival Brest en communs sont parus dans la presse locale (magazine de la ville, gratuiciels, PQR)

  • « Conférence à Brest : 16 octobre 2017 : Philippe Desbrosses sur les semences et la biodiversité », site web Société Horticole du Bas Léon, 21 sept.
  • « Brest en communs, le festival de l’intelligence collective », Sillage, octobre.
  • « Interview Brest en communs » Lettre Brest-Centre, octobre
  • « Brest en communs du 13 au 21 octobre », Le Télégramme, 11 oct.
  • « Brest en communs. Les ti-zefs à la pointe », 7 jours à Brest, 11 oct.
  • « Le festival Brest en communs imagine la société du futur », Côté Brest, 11 oct.
  • « Les 4 rendez-vous phare du festival Brest en communs », site web Côté Brest, 11 oct.
  • « Brest en communs : le festival des initiatives collectives », France 3 Bretagne – Rubriques : Ondes positives, 11 oct.
  • « Images librement réutilisables, don d’archives par les particuliers, faisons le point – les archives en licence libre », Intranet, 13 oct.
  • « Centenaire. Un Dukboard du collectif », Le Télégramme, 19 oct.
  • « Les communs », site web de Terre des Possibles.


L’inauguration des arceaux à vélos devant le cinéma les Studios s’est ajoutée dans le programme du festival. Ce temps s’est organisé avant la projection « Quels enfants laisserons-nous à la planète ? »

  • « Cyclistes. Trois nouveaux arceaux bienvenus », Le Télégramme, 19 oct.

Bilinguisme
L’association Brezhoneg E Brest a proposé de traduire les initiatives en breton. Dix-sept ont ainsi été traduites et mises en ligne sur a-brest. Le reste des initiatives n’a pu être publié en breton faute de temps.

Rubrique Brest en communs 2017 sur a-brest.net : http://a-brest.net/rubrique294.html

Site internet de Brest en communs
Le site http://wiki.a-brest.net/index.php/Brest_en_communs_2017 a été conçu comme un outil de travail pour construire collaborativement le programme. Il permet par le biais de formulaires d’inviter les acteur.rice.s à proposer des initiatives.
Lors des réunions de préparation, les participant.e.s ont fait remarquer le manque de clarté du site. Il a ainsi été amélioré et rendu accessible avec l’adresse http://www.brest-en-communs.org pour faciliter l’accès et la création de contenus.
Le site reste un wiki, c’est-à-dire un outil collaboratif ayant vocation à travailler ensemble, ce n’est pas un site de communication.

Les 28 initiatives ont été diffusées sur le site wiki puis publiées sur a-brest.net, ce dernier ayant une large audience et une newsletter hebdomadaire.

Chacune des initiatives ainsi que le programme général ont été relayés sur les réseaux sociaux : Facebook et Twitter @WikiBrest et Twitter @atbrest avec le #Brestencom1.

Photos
Des photos ont été prises durant tout le festival, notamment lors du temps-fort du 21 octobre. Plusieurs d’entre elles ont été importées sur Wikimedia Commons en licence libre, d’autres ont été diffusées avec le #Brestencom1.

Il est encore possible de les publier sur Wikimedia Commons.

Captations sonores disponibles
Longueur d’ondes a enregistré la conférence d’Aurore Chaigneau, le vendredi 13 octobre à l’auditorium des Capucins.

Retrouvez sur leur site d’autres captations parfois réalisées lors des précédentes éditions du festival :
http://oufipo.org/category/tous-les-sons/par-structure/brest-en-biens-communs/

Moyens dédiés - Ville de Brest

Budget


Moyens humains
Le choix a été fait par la responsable de service pour l’édition 2017 et son nouveau format de consacrer un temps de travail plus important.
Trois agents du service Internet et expression multimédia ont travaillé à l’organisation de Brest en Communs : Claire Le Pen, Florence Morvan et Gaëlle Fily. Claire et Gaëlle avaient pour mission l’organisation de la semaine du festival et le lancement d’une dynamique tout au long de l’année, Florence étant chargée des supports de communication.

Le déroulement du festival

  • 28 initiatives portées sur 8 jours, avec une variété de formats tels que :
    des conférences, tables-rondes, projections de documentaires, ateliers, balades, temps d’intelligence collective, cafés-discut’, émission de radio, création d’un journal, animations et échanges.
  • Un festival impliquant 23 acteur.rice.s issus de secteurs divers comme : le numérique, l’économie sociale et solidaire, l’éducation populaire, la culture, le patrimoine… :
    ADESS Pays de Brest / An Drouizig / Archives de Brest métropole / Aurore Chaigneau / Baliz de Brest / Jessica Banks / Brest A Pied et A Vélo (BAPAV) / Brezhoneg e Brest / Michel Briand / Canal Ti Zef / CartONG / Centre social et culturel Les Amarres / Centre social Horizons / Cinéma Les Studios / Collectif boîte à dons à Recouvrance / Collectif des journaux de quartiers / Collectif pour une transition citoyenne en Pays de Brest / Conseil consultatif de quartier de Saint-Marc / Communauté OSM Madagascar / Maïa Dereva / Direction écologie urbaine, Brest métropole / Ekoumène / Love & Happiness / Foyer laïque de Saint-Marc / Graines@brest / Incroyables Comestibles / Infini / Jardin de Kerampéré / Jardin des Yannicks aux Champs / La Ligue de l’enseignement du Finistère / Le Fourneau / Les filles qui ... / Les ManufActeurs / Les Petits Débrouillards Bretagne / La Maison du Libre / Mission accessibilité, ville de Brest / Moral Soul / UBO Open Factory / Fabienne Orsi / Radio U / Réseau des médiathèques municipales / Yann Richet / Service internet et expression multimédia, ville de Brest / SPL Les Ateliers des Capucins / Terre des possibles / Tiriad / UBO / Vivre La Rue
  • Des initiatives disséminées dans différents lieux brestois pour être au plus proche des publics :
    214, rue Jean Jaurès / Bapav / Cinéma les Studios / Ékoumène / La Boussol’ / Les Archives de Brest / Les Ateliers des Capucins / Les équipements de quartier / Les jardins partagés / Les Petits Débrouillards / OpenFactory de l’UBO / Pôle numérique de l’UBO / Les médiathèques / Rue Saint Malo / et ailleurs dans la ville...

Le public ayant participé aux événements était assez hétérogène. La 5e édition du festival a su élargir son public, initialement issu de la médiation numérique, pour s’ouvrir aux artistes, aux jardinier.e.s, aux jeunes et aux curieux.ses des communs de manière générale.

Retours sur les initiatives portées par la Ville :

Ouverture du festival – 13 octobre
Le festival « Brest en communs » a débuté aux Capucins par une table-ronde « La Fabrique citoyenne et poétique des Capucins, une invitation aux communs » en rassemblant une trentaine de personnes. L’objectif de cet échange était de montrer la manière dont les Ateliers sont investis par les habitant.e.s grâce à une démarche artistique participative, à l’initiative de la ville de Brest et portée par le Fourneau Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public et Passerelle Centre d’art contemporain.

Plusieurs acteurs, dont des membres des ManufActeurs (collectif brestois d’architectes, paysagistes et designers) et Moral Soul (compagnie de danse contemporaine) ont décrit leurs usages dans le respect du lieu. Enfin, un éclairage de la SPL des Capucins a permis de conclure sur les contraintes et le devenir du lieu, indiquant qu’il s’agit d’un lieu ouvert qui prend en compte sa fréquentation tout en faisant co-habiter les usages. L’habitant.e est invité.e à s’approprier cet espace tout en le respectant.

À la suite de la table-ronde, une conférence intitulée « Alchimie d’un monde commun : expériences et limites », animée par Aurore Chaigneau, professeure et juriste de droit privé, a permis d’apporter des éléments de compréhension pour que le plus grand nombre s’approprie la notion de commun. Une approche pointue axée sur l’aspect juridique de la propriété, et ouverte sur des horizons européens, et notamment les communes italiennes a éclairé le public (une quarantaine de personnes) qui semble avoir apprécié la conférence, les échanges qui ont suivi en témoignent.


Création du journal The Pontanezen Duckboard – 14 octobre

À l’origine, The Pontanezen Duckboard était un journal édité par les Américains en 1919 sur le camp de Pontanezen. À l’occasion du centenaire de la Grande guerre, le collectif des journaux de quartier brestois [1] a publié au mois de novembre 2017 un numéro unique The Pontanezen Duckboard, inspiré par ce journal. Il est le fruit d’un important travail collectif.

Le samedi 14 octobre 2017, dans le cadre du festival, une quarantaine de personnes, membres des comités de rédaction des différents journaux, se sont réunis au centre social Horizons pour travailler tous ensemble autour de cette édition spéciale. Quand certain.e.s planchaient sur la maquette et la mise en page du « Duckboard », d’autres mettaient en ligne les articles sur Wiki-Brest. À la fin de cette journée, Jean-Marie Kowalski, responsable du département des sciences humaines de l’École navale et maître de conférences à l’université de Paris-IV Sorbonne, est venu raconter l’histoire du journal original, The Pontanezen Duckboard, de son origine à sa dernière publication. Son intervention a été très appréciée des participant.e.s.

Néanmoins, sont apparues quelques tensions au regard de l’organisation. Celles-ci seront mises à plat lors de la réunion de bilan avec le collectif des journaux de quartiers.

À la suite de cette journée et d’une dernière réunion, le Duckboard a pu être imprimé à 15 000 exemplaires. Il est diffusé dans la ville, notamment par les équipes des journaux de quartier, et a été financée par la Ville de Brest. La coordination du projet et l’animation du collectif ont été assurés par la Ligue de l’enseignement et le service Internet et expression multimédia de la Ville de Brest.

Version numérique sur Wiki-Brest :
http://www.wiki-brest.net/index.php/Portail:Pontanezen_Duckboard

Voir l’article complet sur : http://www.a-brest.net/article21780.html

Projection « Nouveau monde » - 19 octobre
90 personnes sont venues assister à la projection du documentaire « Nouveau monde » en présence du réalisateur Yann Richet, le jeudi 19 octobre à 20h au cinéma Les Studios.
Suite à la projection, un débat d’environ 30 minutes a permis aux spectateur.rice.s de s’exprimer sur le ressenti du film. Certain.e.s ont loué l’intérêt du film, qui est principalement de montrer les initiatives inspirantes et positives répondant aux questions de transition. D’autres prônant la décroissance, ont été plus critiques sur la place du numérique et de l’économie de marché dans le récit du documentaire.
Le responsable des Studios Sébastien Le Goffe s’est révélé être très facilitant. Il a été de bons conseils auprès du diffuseur pour envisager un achat des droits du film plutôt qu’un tarif spectateur. Il a mis deux salles gracieusement à disposition dans le cadre du festival (mercredi 18 et jeudi 19 octobre) et accueilli chaleureusement la mise en place de l’exposition « Les communs ».


Des échanges en amont et à la suite de la projection ont permis au réalisateur de rencontrer des acteurs locaux sur le sujet de son prochain documentaire : la participation des habitant.e.s aux choix politiques faits sur leur territoire.

Temps-fort – 21 octobre
En clôture du festival, la ville de Brest en partenariat avec l’Open factory de l’UBO a organisé une journée d’échanges sur les communs. Destinée aux acteurs brestois des communs, elle avait vocation à approfondir la question des communs et à engager une réflexion autour du thème « De Brest en communs vers un mouvement des communs sur le Pays de Brest ? ». 49 personnes ont participé à ce temps fort : agents de la collectivité, élus, associations, université.

Après une animation participative réalisée par Jessica Banks pour introduire le concept de communs, une table ronde a eu lieu avec les thématiques suivantes :

  • Histoire des communs à Brest - Michel Briand, acteur des réseaux coopératifs et des communs, responsable de formation à l’IMT Atlantique
  • Témoignage sur les pratiques de l’Assemblée des communs de Lille - Maïa Dereva, co-fondatrice du site www.semeoz.info et contributrice aux communs, Lille
  • Témoignage du réseau brestois transition citoyenne - Claire Jusseau, collectif pour une transition citoyenne en Pays de Brest
  • La Fabcity et les communs - Anne Le Gars, designer & fabLab manager de l’UBO Open Factory, responsable du projet FabCity pour l’UBO Open Factory et Ronan Pichon vice-président en charge du numérique, de l’économie sociale et solidaire et du développement durable à Brest métropole.

La journée a été ponctuée de temps conviviaux : café d’accueil, pot, buffet.
L’après-midi a démarré par un atelier « Vers un Atlas des communs au Pays de Brest, lecture partagée des communs ». Le but de cet Atlas est de documenter les communs du Pays de Brest en s’appuyant sur une grille de questions. La démarche est présentée ici : http://www.a-brest.net/article21418.html

Huit communs sont désormais décrits sur le site @-brest :

L’atelier a été apprécié notamment parce qu’il a permis à certaines personnes de mettre des mots sur leur organisation, leur principe de gouvernance et d’échanger sur leur projet.

Une trentaine de personnes (3 groupes de 8 à 12 personnes) ont ensuite participé au temps d’intelligence collective, pour répondre à deux questions :

  • Quelles sont vos envies de faire ensemble autour des communs ?
  • Concrètement, comment on fait ? Quelles pourraient en être les modalités ?

Lors de la restitution de ce temps, une cartographie a été faite en direct par Pierre-Yves Cavellat (Tiriad).

Carte heuristique du temps d’intelligence collective - 21 octobre

A l’occasion de la réunion de bilan, certains acteurs ont regretté le manque de mise en relation de la journée du 21. Ils auraient aimé que les acteurs se mélangent plus. Par exemple qu’un évènement soit porté collectivement et qu’ils puissent s’appuyer sur une charte ou un manifeste.

Retours par initiative :

À la suite du festival, il a été demandé à chaque porteur.se d’initiative de faire un retour avec les éléments suivants :

Au total le festival a rassemblé plus de 1 700 personnes qui se sont intéressées aux communs en participant à l’un ou plusieurs événements annoncés dans le programme de Brest en communs 2017.

A la découverte d’un commun urbain : La rue Saint Malo
Porteur : Vivre la rue // Du 13 au 21 octobre

Les 9 journées Brest en communs ont accueilli près de 500 visiteurs et ont été pleines de découvertes, de balades, d’expositions d’Art et d’Histoire dans « la Fausse ô Makaks », la toute nouvelle « maison du passage », la « maison bleue », à l’espace de médiation « Au Coin d’la Rue », de projections de films vidéos de Kitty Kamera de Vivre la Rue (licence Creative Commons), de manifestations culturelles organisées par l’association Vivre la Rue dans « la maison bleue », de créations (réalisation en direct d’une fresque représentant le reflet de la rue St Malo par l’artiste Soken, photographies et vidéos de Jacques Caroff, improvisations musicales de Tom Simon, ...), de discussions et d’échanges dans toute la rue Saint Malo, le jardin Raymond Novion, la venelle (rebaptisée « le chemin positif » par le projet de Street Art d’Elena Tikhomirova en 2017) et à l’espace de médiation et d’innovation sociale « Au coin d’la rue », une conférence de l’historien Jacques Arnol sur Léocadie Hersent-Penquer (poétesse de Lannilis) ...

Les points à améliorer et la suite seraient de communiquer davantage sur la notion de Commun. Plus de temps forts et de rencontres festives pour donner l’esprit festival. Plus de liens entre les manifestations. Trouver un "fil rouge".

Atelier le code pour les nuls et coding goûter
Porteur : Collectif les filles qui de l’UBO // Samedi 14 octobre au local des Petits Débrouillards Bretagne et le mercredi 18 octobre au pôle numérique de l’UBO

La fréquentation du samedi a été moins importante que celle du mercredi. Au pôle numérique se sont surtout des enfants du personnel UBO qui a participé.
Le titre « Atelier pour les nuls », semble à revoir. Il serait intéressant de tisser des liens plus importants avec les Centre sociaux pour associer des groupes d’enfants inscrits aux activités du centre. L’idée germe de faire un coding goûter par an en associant largement ce type de structures et de faire du lien avec le service IEM, la coopérative pédagogique et le réseau prof@brest.

Comestibles en accès libre
Porteur : Collectif Incroyables Comestibles // Samedi 14 octobre sur la parcelle des Incroyables Comestibles

« Bien que nous étions peu nombreux, les 4 personnes présentes étaient très intéressées par la découverte, à travers la balade, du mouvement Incroyables Comestibles sur Brest. C’est un super point car ça relance la dynamique du groupe en place. Ces mêmes personnes sont revenues et sont actives sur la parcelle IC de Kerbernier. »

Balade à Recouvrance
Porteur : Collectif boîte à dons à Recouvrance // Samedi 14 octobre RDV sur le jardin partagé des Yannicks aux Champs

Résumé :

  • activité : visite des jardins partagés Yannicks aux champs et Capucines, boîte à dons, rue St Malo
  • fréquentation : douzaine de personnes
  • format : la balade informelle offre une liberté et permet de s’approprier la proposition de base,
  • échanges simples, un vrai moment de partage,
  • mise en lumière de la diversité de pratiques, de règles, confirmant que chaque commun est unique et spécifique,
  • intérêt grandissant des citoyen.nne.s pour connaître ses voisin.e.s, ce qui se passe dans son quartier et se mettre en lien avec les autres et son territoire.
  • Un certain cloisonnement des initiatives s’inscrivant dans les communs au sein du quartier. Peu de coopérations et interactions malgré une proximité géographique et le partage de mêmes valeurs, faute de temps et d’espace de rencontre entre ces acteurs.

Voir l’article complet sur : http://a-brest.net/article21702.html

Atelier : Logiciels libres et usages
Porteur : Réseau des médiathèques municipales // Samedi 14 octobre, médiathèque des Capucins

Cinq personnes ont assistés à l’atelier dans la cabine numérique des Capucins, l’atelier n’était pas complet mais a permis à des personnes de participer pour la 1ère fois à un atelier multimédia à la médiathèque.
Le réseau des médiathèques ont pour volonté de labéliser des animations Brest en communs, sur 2018.

Conférence : Les semences et la biodiversité par Philippe Desbrosses
Porteur : Direction Ecologie Urbaine et le collectif graines@brest // Lundi 16 octobre à l’auditorium des Capucins

La conférence a réuni près de 160 personnes venues écouter Philippe Desbrosses, un des pionniers de l’agriculture biologique en Europe.
La conférence a été enregistrée. Elle est accessible avec des photos et des ressources transmises par Mr Desbrosses (lien web et articles).
Les organisateurs font un bilan positif de leur action, même si les retours semblent très partagés. Il est cependant difficile de faire l’unanimité avec un conférencier. Malheureusement, la communication par affichage a semblé trop faible.
https://rade.brest.fr/Pages/Conf%C3%A9rence-P.Desbrosses.aspx


Projection « Quels enfants laisserons-nous à la planète ? » - Collectif pour une transition citoyenne en Pays de Brest
Porteur : Collectif pour une transition citoyenne en Pays de Brest // Mercredi 18 octobre au cinéma Les Studios

« Une quarantaine de personnes pour la soirée autour de la projection du film de l’école du Colibri organisée par le collectif. Beaucoup de questions et d’intérêt lors du débat qui a suivi avec les membres du projet d’école démocratique à Brest. Avant la projection, inauguration du parking à vélo devant les Studios (17h30) par Bapav. 20 personnes présentes environ. »

Quels retours faites-vous de votre initiative ?

La thématique autour d’une autre éducation était nouvelle pour notre association, nous avons vérifié que la transition citoyenne que nous souhaitons passe aussi par une autre éducation des nouvelles générations d’aujourd’hui et à venir, faisant appel, non pas à la compétition comme actuellement, mais à la coopération. Nous avons eu la satisfaction de réaliser cet évènement avec notre partenaire de l’École démocratique de Brest. Cette façon d’agir collectivement nous convient bien.

Quels retours faites-vous de l’édition 2017 du festival Brest en communs de manière générale ?
L’organisation de cette édition était de bonne qualité, notre association a pu bénéficier d’une écoute attentive, d’une aide suivie, et d’un financement pour notre évènement.

Quels seraient les points à améliorer ?
Concentrer l’édition sur une période assez dense présente des avantages (en termes de communication), mais elle sollicite pas mal les personnes sur une durée limitée.
La communication par la ville de Brest (Sillages..) mériterait d’être améliorée

Quelles seraient vos envies autour des communs à Brest, au-delà du festival ?
Continuer les partenariats, approfondir avec nos adhérents la notion de communs, ce qui suppose de trouver localement des personnes capables de présenter et expliquer cette notion.
Entre chaque édition, participer à des évènements intermédiaires qui illustrent la notion de communs.

Vélo école et atelier vélo participatif
Porteur : BAPAV // Mercredi 18 octobre

Une petite dizaine de personnes pour chaque atelier et 5 pour le cours ont participé aux initiatives portées par BAPAV. Il serait intéressant de montrer ce qui peut exister ailleurs pour donner des idées. Les envies au-delà du festival seraient de poursuivre l’accompagnement de la collectivité pour des projets relevant des communs (même si j’ai bien compris l’idée de commun et que les collectivités n’en assurent pas la gestion mais un coup de main ça peut quand même aider).

Ciné-discut’ autour d’un film en Creative Commons
Porteur : Canal Ti Zef // Mercredi 18 octobre à Ekoumène

Projection d’un film déjà diffusé lors du Festival Intergalactique de l’Image Alternative 2014, consacré aux Balkans, car en Creative Commons.
Echange avec une dizaine de personnes sur la thématique du film puis les licences Creative Commons.
Ekoumène – habitat participatif : lieu idéal pour ce type d’échange-projection avec cette fréquentation.
Intervention des archives en amont : les participants ont apprécié, mais ils auraient aimé que cela soit plus concret (sûrement dû au fait que l’initiative, de rendre accessible des ressources d’archives en licence libre, est encore au stade de projet).

Voir l’article complet sur : http://www.a-brest.net/article21809.html

Café du net / Wikipédia
Porteur : CS Les Amarres de Keredern et le groupe des wikipédiens brestois // Mercredi 18 octobre au Centre Social

Le café du net s’est bien déroulé, il y avait une dizaine de personnes autour de la table.
La présence d’Erwan Joud et de Philippe Saget était très enrichissante et leur présentation a éclairé les usagers.
L’animation s’est faite dans la convivialité. Elle a débouché sur une proposition d’atelier pratique sur la contribution à Wikipédia par Erwan, celle-ci n’a pas eu lieu : pas d’inscrits.
Nous renouvellerons certainement un café du net dans le cadre de Brest en communs.

Les archives en licence libre
Porteur : Archives de Brest // Jeudi 19 octobre à l’Urbalieu de l’ADEUPa

10 personnes à l’Urbalieu de l’ADEUPa et 5 personnes durant la projection de Canal Ti Zef à Ekoumène ont participé à la présentation des missions des archives et l’explication du nouvel outil qui permettra de rendre accessible de nombreuses photos en licence libre.
Un échantillon est d’ores et déjà accessible à cette adresse : https://archives.brest.fr/decouvrir/images-librement-reutilisables-5714.html

Mapathon OpenStreetMap Madagascar
Porteur : Tiriad // Jeudi 19 octobre à l’OpenFactory de l’UBO

Combien de personnes y ont assisté ?
50 personnes

Quels retours faites-vous de votre initiative ?
Une première animation et coopération fructueuse avec l’UBO OpenFactory. L’espace était au final assez serré pour accueillir un peu plus d’une cinquantaine de personnes. Ce sera mieux dans les nouveaux locaux. Car il y aura certainement une suite. Nous cherchions par exemple un lieu pour relancer des soirées OpenStreetMap et faire d’autres mapathons. C’est fait. Les participants étaient visiblement ravis par l’animation car bon nombre d’entre eux sont restés jusque 22h. Ils ont en tous cas formulé le souhait de participer à une prochaine édition.

Quels retours faites-vous de l’édition 2017 du festival Brest en communs de manière générale ?
Je n’ai participé à aucun autre évènement donc peu de recul. Il m’a juste semblé qu’il y a avait une diversité d’acteurs et notamment de nouveaux acteurs ce qui est très encourageant pour continuer à travailler les communs.

Quels seraient les points à améliorer ?
Le wiki qui était difficile à trouver et pas si simple à manipuler pour inscrire ses actions y compris pour nous donc j’imagine pour d’autres.

Quelles seraient vos envies autour des communs à Brest, au-delà du festival ?
Peut-être que les communs puissent être un fil conducteur plus clairement identifié à l’année, une sorte de label à mettre sur les animations pour qu’il soit plus lisible du public. Par exemple, dès qu’on fait une animation OpenStreetMap on met un logo "Brest en Communs".
Et sinon voir comment cette thématique peut être présentée à de nouveaux acteurs comme ça a été le cas à un moment autour de la musique, des bibliothèques et notamment vers les privés ou pseudo comme eaux du ponant, etc qui gère un commun !

Débat-mouvant : Les communs, opportunité ou contrainte pour les artistes plasticiens visuels ?
Partenaire : Baliz de Brest // Vendredi 20 octobre à la Maison du Libre

Combien de personnes y ont assisté ?
5-7

Quels retours faites-vous de votre initiative ?
Dommage et un peu frustrant que l’événement n’ait pas mobilisé plus de monde...cette forme de débat a d’autant plus de sens, lorsque le nombre de participants est élevé.
Ce fût néanmoins un moment de partage, d’écoute, de mouvement (extérieur et intérieur ?). Les participants semblent avoir apprécié ce temps passé ensemble ainsi que les modalités d’animation proposées : facilitation par Jessica Banks et retranscription graphique des arguments par Charlotte Lachman.
Expérience motivante en tant que porteuse de l’événement.

Quels retours faites-vous de l’édition 2017 du festival Brest en communs de manière générale ?

Super expérience, belle diversité des initiatives ! J’ai apprécié que le projet soit porté par une institution (service numérique qui a fait un travail de coordination de dingue !) et que tout ait été facilité pour que nous citoyen.ne.s et/ou habitant.e.s de Brest nous puissions nous impliquer, si nous le souhaitions.
En tant que nouvelle habitante cela m’a permis de rencontrer des personnes motivées et impliquées à Brest.

Quels seraient les points à améliorer ?
Plus qu’un point à améliorer, c’est plutôt une envie pour la prochaine édition : Encore plus élargir les panels des initiatives, s’assurer que ce ne soit pas "toujours les mêmes" qui sont contributeurs, rendre visible aussi ceux en marge et "hors de nos réseaux". Car j’ai beaucoup retrouvé les même personnes, qui sont un peu partout et sur tous les coups à Brest.
Quelles seraient vos envies autour des communs à Brest, au-delà du festival ?
Ce qui est mis en place me semble parfait. Démarrage d’un "réseau" identifiable grâce au logo + stickers
repérage sur une carte des différents communs.
Des rencontres ponctuelles peut-être ?

Nozvezh staliañ (Install party d’outils bretonnants) - Brezhoneg e Brest
Partenaire : An Drouizig et la Maison du Libre // Vendredi 20 octobre à la Maison du Libre

Résumé :

  • activités : jeu vidéo, openstreetmap, traducteur, logiciel libre et système d’exploitation, marques pages de liens utiles
  • fréquentation importante avec 6 animateurs, plus de 20 accompagnements effectifs
  • retours très positifs et encourageants des participant.e.s
  • ambiance conviviale et détendue
  • coin buffet : lieu d’échanges et de rencontres
  • retours sur le festival : « Le Festival n’est pas connu de tous, mais l’idée plaît et interpelle lorsque nous en parlons. Nous sommes ravis d’avoir collaboré avec votre service pour traduire le programme. Le wiki du Festival est assez indigeste, aussi naviguer dans www.brest-en-communs.org peut décourager. Heureusement, le programme au format PDF y est. »

Voir l’article complet sur : http://a-brest.net/article21769.html

Et la suite ?

Sont reprises ici toutes les propositions qui ont été formulées lors de la journée du 21 octobre en lien avec la carte heuristique placée plus haut (en italique les propositions émises par le service IEM)

Se rencontrer

  • proposer des temps réguliers comme le festival
  • organiser des rencontres conviviales et informelles
  • mettre en place un lieu tournant
  • créer des événements et des ateliers
  • trouver un ou des lieux autour des communs pour échanger
  • engager une dynamique des communs à Brest en dehors du festival : imaginer des rencontres mensuelles avec une animation tournante au sein du réseau d’acteur.rice.s

Communiquer

  • diffuser et faire comprendre les communs
  • mettre en place et animer des outils (liste de discussion, agenda, facebook, loomio, tchat, fanzine)
  • continuer l’identification à l’année des événements liés aux communs (logo, agenda)
  • réfléchir à l’amélioration du site : doit-il rester un outil de travail collaboratif ou devenir un outil de communication ?
  • continuer la diffusion du livret sur les communs

Faire de la veille

  • regarder ce qui se passe ailleurs
  • aller rencontrer les « faiseurs » de communs (balades, entretiens)
  • mutualiser les compétences, notamment entre réseaux

Institutionnaliser le réseau

  • créer une assemblée ou une fabrique
  • croiser les réseaux qui s’intéressent aux communs
  • étendre la dynamique au-delà de Brest (métropole, pays)
  • questionner la gouvernance autour des communs
  • créer une charte autour du sens et de la culture commune
  • travailler la manière de « créer des communs »

Partager

  • travailler le partage et la transmission de communs,
  • transmettre les compétences, partager et diffuser les pratiques
  • continuer à documenter l’atlas des communs brestois (autres idées de fiche : Les partageurs, les collectif de transition, d’autres jardins partagées, …)
  • renforcer voire créer des liens avec les réseaux dans les autres villes

Créer

  • Faire de Brest un commun

Suite à la réunion de bilan, plusieurs acteurs souhaitent :

  • Créer des temps conviviaux pour se rassembler
  • Instaurer une régularité dans les rencontres
  • Faire tourner les lieux et les hôtes
  • Trouver un nom pour ces rencontres (dans l’esprit des Tables citoyennes pour innovation sociales)
  • S’appuyer sur les quartiers et associer la rencontre à un événement (ex : 50 ans de Kerourien)
  • Refaire des balades de communs
  • Continuer l’écriture de l’Atlas des communs
  • Ne pas se couper de la mairie, mais s’émanciper en donnant la place aux acteurs
  • Faire un passage de relai entre hôtes, idée d’une mascotte des communs qui tournerait (voir mascotte des wikipédiens brestois : Guy Homard)
  • Organiser la venue de personnes ressources sur les communs (Fabienne Orsi, Thanh Nghiem)
  • Participer à des événements nationaux sur la notion de Commun
  • Associer les services de la collectivité qui produisent des communs

L’idée-force est l’évolution du collectif des communs vers davantage d’autonomie et d’auto-organisation. Des rencontres régulières sont imaginées. La première sera, d’un commun accord, lancée par les services de la Ville, les suivantes par le collectif dans cette logique d’autonomisation.

Bilan du festival Brest en communs (version PDF)

[1] Le collectif des journaux de quartier rassemble les journaux suivants : Au détour de Keredern, BelleVue, L’Écho de Saint-Pierre, La lettre du CCQ Brest-centre, Kériniouzes, Saint-Marc quoi ?, Tapaj

Voir en ligne : http://www.a-brest.net/article21868.html

À la une

  • La Cour du Juch

    Notre toute jeune entreprise, a ouvert ses portes en ce premier jour de printemps ! Nous faisons le point sur le démarrage de notre activité ! À (...)
  • Le jardin de Kerampéré, "terrain d’exploration de pratiques collaboratives"

    Depuis début 2016, sur le site de l’ancien camping de Saint-Marc, les membres du jardin de Kerampéré travaille à la transformation de cette friche en (...)
  • La Méthode des Candides

    La méthode des Candides, c’est une invitation à prendre conscience de ce qui nous entoure….et des rôles individuels et collectifs que l’on joue dans (...)