Accueil > Contributions > La vie et la gestion des espaces communs dans les habitats groupés autogérés (...)

La vie et la gestion des espaces communs dans les habitats groupés autogérés et participatifs à travers le temps.

Dans les copropriétés classiques, les espaces communs sont ceux qui sont les plus soumis aux dégradations et au délaissement. La raison en est simple : si leur usage est partagé (y compris parfois au-delà des habitants), il n’en est pas de même au niveau du sentiment de responsabilité et de la gestion. Certains reconnaissent dans cette logique une « tragédie des communs ». C’est dans l’optique tout à fait opposée que s’inscrivent les habitats participatifs, dans lesquels les espaces communs, ainsi que la mise en commun des équipements et des services, sont autant de prétextes à la gestion commune et à la convivialité entre habitants, voire à l’ouverture au voisinage. Ainsi, les espaces communs ne concernent pas seulement les espaces de distribution nécessaires à tout habitat (escaliers, couloirs...) mais aussi des espaces volontairement conçus pour faire ensemble : salle de fêtes, potager partagé, etc.

Pour autant, cela pose plusieurs questions, à commencer par celles des financements de ces biens. En effet, le financement de ces espaces pose la question de leur propriété et de leur usage, dans une proportion à définir entre du privé (exclusif) et du public (ouvert à tous). De plus, l’expérience montre que les économies réalisées à regrouper des espaces et des biens est très loin de compenser la plus grande grande quantité d’espaces communs qui caractérise les habitats participatifs : ces espaces en plus, par rapport aux logements classiques, sont autant de coûts supplémentaires à financer. Dans quelle mesure les habitants peuvent supporter des coûts au-delà de leur strict espace de logement ? Dans quelle mesure peuvent-ils solliciter des tiers pour co-financer ces espaces ? Dans quelle mesure, particulièrement, des bailleurs sociaux peuvent s’engager pour des habitats avec de telles proportions d’espaces communs ? Comment l’objectif de convivialité et de gestion commune pourrait ne pas se traduire par des coûts supplémentaires ? Comment se définissent les règles de financements et de gestion des biens communs entre les habitants ? Comment répartit-on notamment les limites entre ce qui est de l’ordre du commun et ce qui est de l’ordre du privatif, ou du public ? Comment ces règles peuvent évoluer dans le temps ?

Ce 5ème temps issu du programme E²=HP² vise à mettre en lumière le financement et la gestion à travers le temps des habitats participatifs.

Lieu : Campus de Tohannic – Bâtiment ENSIbs – Salle D 010
Rue Yves Mainguy – 56 000 Vannes
Lien internet du lieu : www.univ-ubs.fr/medias/fichier/ubs-...


Pour plus de précisions, contacter l’ADESS Pays de Brest, 02.98.42.42.76 ou contact@adesspaysdebrest.infini.fr

Voir en ligne : http://www.eco-sol-brest.net/La-vie...

À la une

  • La Cour du Juch

    Notre toute jeune entreprise, a ouvert ses portes en ce premier jour de printemps ! Nous faisons le point sur le démarrage de notre activité ! À (...)
  • Le jardin de Kerampéré, "terrain d’exploration de pratiques collaboratives"

    Depuis début 2016, sur le site de l’ancien camping de Saint-Marc, les membres du jardin de Kerampéré travaille à la transformation de cette friche en (...)
  • La Méthode des Candides

    La méthode des Candides, c’est une invitation à prendre conscience de ce qui nous entoure….et des rôles individuels et collectifs que l’on joue dans (...)