Accueil > Contributions > Re-bon, le réseau de glanage nantais

Re-bon, le réseau de glanage nantais

Un article repris du site des Créalters : http://lescrealters.org/re-bon-le-reseau-de-glanage-nantais/

Qu’est-ce que c’est ? Glaner, c’est aller récupérer directement chez le producteur des fruits et légumes qui ne seront pas distribués.

Le concombre ou le radis qui ne correspond pas aux normes de calibrage – ou canons de la beauté alimentaire (trop petit, trop gros, la peau abîmée, etc.) est exclu des réseaux de distribution. Considéré comme invendable même s’il est bon à manger, il s’ajoute à la nourriture jetée à la poubelle.

C’est là que Re-bon intervient. L’association contacte le producteur. S’il a produit des légumes qu’il ne pourra pas distribuer, alors les bénévoles s’en vont glaner. Trois configurations existent : le glanage, c’est d’abord le droit d’aller récupérer gratuitement les légumes directement dans le champ, après la récolte. Il peut aussi se faire après la chaîne de tri, qui ne conserve que les légumes calibrés pour la distribution. En pratique, Re-bon récupère aussi des cagettes d’invendus que le producteur met de côté.

Depuis 2013, l’association a organisé 80 opérations de glanage et récupéré 15 tonnes de fruits et légumes autour de Nantes.

A l’origine, le réseau de glanage a été pensé au service des Disco-soupes à Nantes. Depuis 2014, Disco-Soupe et Re-bon sont devenues deux entités différentes. Les premiers récupèrent principalement auprès des supermarchés, ce qui permet une plus grande variété de fruits et légumes pour leurs évènements contre le gaspillage alimentaire. Re-bon continue de glaner auprès des producteurs et redistribue ensuite principalement au profit de l’aide alimentaire.

L’association a rejoint l’ONG anglaise FeedBack, anciennement Feeding the 5000 – à l’origine du concept de Gleaning Network – et les organismes de trois autres pays (Belgique, Espagne et Grèce) au sein d’un réseau de glanage européen pour travailler à la rédaction d’un guide méthodologique de mise en place d’un réseau de glanage. Ce guide verra le jour dans le courant de l’année !

A la suite du Banquet Citoyen à Bellevue le 6 juin 2015, pour lequel Re-bon s’est chargé de la récupération des fruits et légumes du repas, ainsi que Disco Soupe, les Cré’Alters ont posé quelques questions à Flavie, l’une des créatrices de l’association :

Quel est le changement auquel votre association participe ?

Le coeur du projet, c’est la question du gaspillage. Un des moyens pour lutter contre le gaspillage alimentaire, c’est de mettre en place des réseaux de re-distribution en circuits courts.

Le circuit long multiplie les intermédiaires et génère des gaspillages. Et plus le circuit est long, plus les demandes à honorer sont strictes (réglementées, normées), et plus les exploitations doivent être productives et intransigeantes avec les “défauts” des produits. Quitte à produire en trop grosses quantités pour être certains de pouvoir répondre à une demande aussi variable que la production…

C’est parler du gaspillage alimentaire et aussi du gaspillage tout court !

Qui se cache derrière le projet ?

11781628_10153294023548853_2507510741009378180_nPrésentes depuis le début, il y a Laurie et moi en tantqu’initiatrices et co-présidentes. J’ai grandi dans une famille de jardiniers qui aiment bien manger ! J’ai un parcours lié à l’environnement. On ne devrait pas produire pour rien, c’est mon credo. Laurie aborde le projet associatif sous un angle plus social : ne pas jeter alors qu’il y en a qui en ont besoin.

Mais Re-Bon c’est aussi les 4 autres membres du bureau, adhérents plus récents de Re-Bon, mais déjà très investis. C’est aussi 400 bénévoles qui reçoivent les infos à propos des opérations de glanage à venir dont 30 adhérents qui peuvent s’investir dans des groupes de travail thématiques. Beaucoup font aussi partie de Disco-Soupe étant donné notre histoire commune !

Un moment symbolique à partager avec nous ?

L’opération de glanage avec l’atelier de dynamisation d’ATAO (association d’insertion). Ça a été l’occasion pour des urbains en situation d’isolement, de venir prendre l’air et voir ce qu’il se passe dans les champs. Ça a plu à certains, qui sont revenus glaner avec nous à d’autres reprises, sur leur temps d’atelier et en accord avec ATAO.

Et une autre opération de glanage avec les enfants du centre de loisirs de la Limouzinière. Ils ont glané des légumes qui ont été cuisinés pour la première Disco-Soupe de cette petite ville du sud département !

Un rêve ou un souhait pour le futur ?

Que de nouveaux adhérents s’emparent de l’organisation d’opérations de glanage pour que l’association acquière de l’autonomie. Pour l’instant, seule une demi-douzaine de personnes sont en mesure d’en organiser. Alors adhérez, nous pouvons vous former !

 

Plus d’infos !

Re-bon – Page Facebook / Site Web /

Si vous voulez plus d’infos ou si vous voulez donner un coup de main, que vous soyez producteurs ou bénévoles : rebon.info@gmail.com

Voir en ligne : http://lescrealters.org/re-bon-le-r...

À la une

  • La fabrik des possibles

    Un lieu atypique qui combine un atelier, une galerie/boutique et un salon de thé. On peut acheter les objets des créateurs présentés – chaque (...)
  • Quais des rêves

    Quais des rêves est une aventure artistique à quatre mains et une bonne dose de rêves. Deux artistes plasticiennes amoureuses de leur cité, (...)
  • L’Effet Papillon : Recyclerie / Friperie / Tiers lieu à Baud (56)

    Plusieurs constats ont motivés le montage et la réalisation de ce projet : la nécessité urgente de la réduction des déchets et de la mutualisation des (...)