Accueil > Innovations > Geocyclab

Geocyclab

Atelier mobile de recherche et de création à vélo autour du monde

À propos du projet

Ce voyage expérimental et artistique n’aura de sens que s’il est partagé. L’objectif n’étant pas de créer un substitut de voyage mais de proposer plusieurs supports esthétiques témoignant d’un épisode de vie où coexistent nature, technologie et relations humaines.

Geocyclab s’organise en trois pôles principaux, intérêts communs de ses participants :

Trois années autour du monde en vélos
Un atelier mobile de création
Recherches sur le Libre

En quoi ce projet est-il singulier et créatif ?

Geocyclab se présente comme un lieu d’observation, de recherche et de création en permanente mutation, il se fait et se défait, se déplace, apparaît, disparaît puis réapparaît ailleurs suivant le modèle de la « T.A.Z. » (Zone Autonome Temporaire) d’Hakim Bey.

Quelle est la plus-value sociale du projet ?

Geocyclab est un dispositif polyvalent permettant d’établir une relation directe et ouverte entre notre travail de plasticiens et les populations rencontrées. C’est en nous imprégnant directement de la vie de cet atelier mi-virtuel / mi-réel que naîtra une série de réflexions, d’installations et de performances, comme autant d’exercices de création plastique et audiovisuelle.

Quel est le potentiel de déploiement de cette initiative ?

Voici un résumé des principaux objectifs de Geocyclab :

- 40 000 kilomètres en vélos couchés sur une durée de trois ans - 5 continents et 30 pays traversés.

- Un projet ouvert, écologique et responsable interrogeant à son échelle différents enjeux planétaires.

- La mise en place d’un atelier mobile et autonome de recherche et de création artistique.

- Un travail de recherche sur les notions de système D, d’Objet Libre et d’artefacts au 21e siècle.

- Une production d’images, d’installations, de performances, de sculptures, d’objets artistiques et de plusieurs réalisations audiovisuelles (documentaires, captations...)

Quel a été le facteur déclenchant de ce projet ?

Nous sommes deux artistes aux pratiques complémentaires, Fanch Dodeur et Barth Péron, à l’origine de ce projet d’atelier mobile de recherches et de création autour du monde.

Quel est le modèle économique de ce projet ?

Nous sollicitons diverses subventions publiques et nous sommes à la recherche de sponsoring et de mécénat de la part d’entreprises ayant à voir avec l’un ou l’autre des centres d’intérêts de Geocyclab.

Toutefois, suivant les valeurs de partage et de libre diffusion qui l’animent, Geocyclab se veut un projet « ouvert ». Pour permettre à toute personne intéressée d’y participer en fonction de ses moyens, nous accordons une attention particulière à toutes les formes de financements solidaires ou coopératifs.

Références

- Site web du projet : http://www.geocyclab.fr/

Aucun média