Accueil > Innovations > Reconditionnement de monuments funéraires

Reconditionnement de monuments funéraires

Réutiliser des monuments en bon état pour les revendre aux plus modetes et diminuer les frais liés à l’évacuation de ces déchets.

À propos du projet

En application de la circulaire 970211 du 12 décembre 1997 (confirmée par la Cour Administrative d’Appel, Marseille 13/12/2004, n°02MA00840), la commune dispose de la faculté de détruire, d’utiliser ou de vendre les monuments et caveaux présents sur les concessions ayant fait l’objet d’une procédure de reprise.

Les monuments qui les surplombent deviennent alors propriété du domaine privé de la commune.
Jusqu’à présent, ces monuments étaient considérés comme des déchets, et étaient éliminés par un prestataire de service après démolition.

Le projet vise à
- récupérer les monuments en bon état (issus des procédures de reprise) pour les revendre aux habitants de Brest métropole océane, avec un abattement en fonction du quotient familial. (cf image Monument reconditionné)
- recycler les monuments en mauvais état : depuis 2012, la ville fait redécouper les plateaux des monuments destinés à la benne, ces éléments sont ensuite assemblés pour construire des coffres cinéraires (les 1er coffres ont été attribués au printemps dernier). (cf image coffres cinéraires construits à partir de matériaux de récupération)
Par ailleurs, est à l’étude la possibilité de faire broyer les monuments disloqués et de les transformer en gravillons.

En quoi ce projet est-il singulier et créatif ?

Ce projet permet de réutiliser des monuments en bon état et de diminuer les frais liés à l’évacuation de ces déchets.

La Ville de Brest n’est pas pionnière dans ce domaine. Lyon, Quimper par exemple revendent déjà des « tombes d’occasion ».

Cependant, ces villes n’ont pas prévu de favoriser les familles les plus modestes dans leur dispositif.

Quelle est la plus-value sociale du projet ?

La vente étant essentiellement mise en place dans un but social, un pourcentage de réduction en fonction du quotient familial de l’acquéreur sera appliqué.

Cela permettra à des personnes qui aujourd’hui ne sont pas en capacité financière d’acquérir un monument funéraire (prix d’un monument neuf : à partir de 3 000€), de pouvoir en acheter un à un prix nettement inférieur (autour de 400€, avec un abattement pouvant atteindre 75% selon le quotient familial).

Quel a été le facteur déclenchant de ce projet ?

La Ville de Brest a commencé la reprise d’une part des concessions perpétuelles à l’état d’abandon, et d’autre part des concessions arrivées à expiration qui n’ont pas été renouvelées.

Dans le cadre de ces procédures de reprise plusieurs centaines de monuments sont démontés et étaient auparavant considérés comme déchets et évacués par bennes à la charge de la collectivité.

Par ailleurs, pour des raisons financières, les familles ne sont toujours en mesure de pouvoir « offrir » à leurs défunts un monument funéraire.

Portfolio