Accueil > Innovations > [Entretien] Ti Coop : le projet de supermarché coopératif à Brest.

[Entretien] Ti Coop : le projet de supermarché coopératif à Brest.

Le pharouest de la nouvelle consommation !

À propos du projet

S’inspirant du modèle de la Park Slope Food Coop à New York et d’initiatives émergeant un peu partout en France depuis quelques années, le projet Ti Coop a démarré début 2017 à Brest.
Cet ambitieux projet s’appuie sur l’implication de nombreux bénévoles, nécessitant une organisation collective à la fois efficace et démocratique. Du droit à une alimentation saine à la dimension environnementale en passant par la volonté de mettre en oeuvre un modèle économique alternatif, nombreux sont les enjeux auxquels Ti Coop tente de répondre.

Merci à eux d’avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions !

  • Alors, c’est quoi un supermarché coopératif ?

Un supermarché coopératifs repose sur quelques concepts de base après chaque structure devient ce qu’en font ses membres. Tout d’abord il est participatif c’est-à-dire que chacun s’engage à y consacrer un peu (en générale 3H) de son temps tous les mois pour aider au bon fonctionnement de la structure, ça peut aussi bien être s’occuper de la caisse que d’un rayon en particulier, du nettoyage, des livraisons... C’est un projet coopératif car il appartient à tous ces clients, c’est là une autre condition pour pouvoir faire ses courses, posséder des actions dans le magasin. Ensuite peu importe le nombre d’action on fonctionne sur le principe une personne une voix car toutes les décisions sont prises collectivement que ce soit en assemblée générale en coordination ou au sein des commissions de travail. C’est également un magasin à but non lucratif, si des bénéfices sont réalisés, les coopérateur.rice.s décident collectivement de leurs affectation mais ça ne peut en aucun cas servir à rémunérer les actionnaires. Enfin l’idée est d’en faire un véritable supermarché c’est à dire qu’il est ouvert sur de larges plages horaires et qu’on y trouve un peu de tout dans différentes gammes, sur différents produits, pas uniquement de l’alimentaire.

  • Comment l’idée de ce projet a émergé à Brest ? Quelles en sont les motivations ?

A Brest on n’a rien inventé, on a juste vu que le concept se développait ailleurs et avait l’air de fonctionner donc on s’est dit pourquoi pas à Brest, territoire propice au développement de ce genre d’initiatives alternatives. En novembre, à l’occasion du mois de l’économie sociale et solidaire, l’Adess Pays de Brest à organisé une projection du film "Food Coop", suite à cela une discussion s’est mise en place avec les spectateurs et c’est là qu’un premier groupe pour initier le projet. Après deux petites réunions en décembre et janvier la première réunion d’information a eu lieu le 31 janvier. Ce fût un véritable succès puisque 120 personnes étaient présentes. Le semaine suivante une autre réunion s’est tenue rassemblant encore une centaine de personnes. A partir de là le projet s’est organisé entre les personnes ayant du temps à consacrer à sa mise en place.

Au sein du projet chacun possède des motivations qui lui sont propres. Il n’y a que des bonnes raisons de rejoindre Ti Coop :
- Santé : vouloir une alimentation plus saines en étant sûr de la qualité des produits qu’on trouvera dans le magasin sans avoir à scruter les étiquettes. C’est également la santé des agricult·rice·eurs qui est en jeu en favorisant une agriculture sans pesticides et utilisant des intrants naturels.
- Environnement : limiter les transports pour les marchandises, limiter la production de déchets et la consommation d’électricité du magasin, vendre des produits avec l’impact environnemental le plus faible possible.
- Social : rencontrer de nouvelles personnes, faire partie d’une aventure collective.
- Politique : participer à une initiative portant en sont sein un projet de changement de modèle de société. S’inscrire dans un modèle de développement économique non lucratif avec de l’actionnariat partagé.
- Économique : payer moins cher pour des produits de meilleure qualité. Vouloir favoriser l’économie et donc les emplois locaux (travail avec des productrice·eur·s locaux).
- Exhaustivité des produits : pouvoir trouver dans un même endroit sur de larges plages horaires des produits nécessitant d’habitude de passer par de nombreux points de vente différents.

  • Et aujourd’hui, ou en êtes-vous ?

Aujourd’hui le projet a déjà bien avancé puisque l’association Ti Coop a été créée cet été et est fonctionnelle. Nous avons un calendrier prévisionnel pour une ouverture début 2020.

Les différentes commissions sont au travail pour accomplir toutes les taches à remplir d’ici là :
- la commission implantation a déjà visité pas mal de locaux et est en train de budgéter un "coup au mètre carré".
- la commission achat contacte activement les différents fournisseurs possibles.
- la commission environnement réfléchit à réduire l’impact environnemental du magasin, au retour de la consigne
- la commission communication est en train de mettre en place une série de réunions d’information.
- La commission financement a déjà obtenu quelques subventions et continue à répondre à des appels à projets

Et ce n’est là qu’un échantillon du travail de fourmis que sont en train de réaliser les personnes impliquées dans les commissions.

D’autre part nous avons obtenu un local dans la pépinière de projet de Poul ar Bachet auprès de l’ADESS. D’autre part, nous avons noué de nombreux contacts avec les collectivités locales et le tissu associatif du pays de Brest.

  • Il y a beaucoup de personnes actives sur le projet, pouvez-vous parler de la manière dont vous vous organisez collectivement (commissions, plénière, coordination,...) ?

Aujourd’hui nous comptons une quarantaine de personnes actives dans les 9 commissions de l’association et entre 50 et 70 adhérents (la campagne d’adhésion ayant commencé il y a moins d’un mois).

Globalement nous avons 3 niveaux de décision dans l’association :
- Tout d’abord l’Assemblée Générale, qui se réunit au moins trois fois par an, qui définit les orientations dites "stratégiques". C’est elle qui décidera du lieu d’implantation du magasin par exemple, de la nature des produits (bio / production raisonnée / non bio) ou de toute décision sur laquelle une commission souhaitera la consulter. Elle a aussi le pouvoir de revenir a posteriori sur des décisions prises par la coordination ou une commission.
- La Coordination qui est composée de 24 personnes issues des commissions ou élues par l’AG est l’instance représentative de notre association. Elle est aussi chargée des décisions administratives. Mais c’est surtout une commission qui doit permettre d’assurer la cohérence et le bon avancement du projet en faisant état des taches à accomplir ou par exemple, de gérer le calendrier prévisionnel de l’ensemble du projet. Ses pouvoirs se limitent à la suspension de la décision d’une commission si d’autres commissions pensent devoir intervenir, et en aucun cas la coordination ne peut imposer ou interdire une décision de commission.

- Les 8 commissions de travail. Elles sont indépendantes et on un pouvoir de décision opérationnel. C’est à dire par exemple, que la Commission Achat décide des fournisseurs auprès desquels elle va fournir le magasin (dans le cadre précisé par l’assemblée générale). Les commissions sont aussi une force de proposition que ce soit auprès de la coordination ou de l’Assemblée Générale.

D’autre part, nous avons voulu, à tous les niveaux de l’association favoriser la prise de décision par consensus. C’est pourquoi nous avons construit les statuts afin ’d’obliger" le travail collaboratif et les prises de décisions collectives.
Par exemple, les votes en AG sont adoptés à une majorité qualifiée de 75%, et ces mêmes votes sont lancés lors de l’Assemblée Générale mais se poursuivent sur une période d’une semaine afin de laisser à chacun le temps de réfléchir aux débats et de pouvoir voter en ayant eu le temps de réfléchir aux questions posées.

La coordination, comme dit plus haut, peut suspendre la décision d’une commission si elle implique d’autres commissions qui n’ont pas été consultées et demander qu’une nouvelle proposition commune soit faite.

  • Tirage au sort, élection sans candidat, autonomie des commissions,... Malgré l’ampleur du projet, il y a de riches expérimentations de pratiques démocratiques du côté de Ti Coop. Qu’est-ce qui vous a motivé à faire ces choix ? Quels enjeux/problématiques cela pose dans le projet ?

Dès le début du projet, nous avons souhaité être innovants dans notre manière de fonctionner et dans la gouvernance de l’association.

Les raisons sont multiples. Nous avons voulu favoriser l’implication et la participation du plus grand nombre de personnes possibles. C’est un projet long et ambitieux, qui, pour fonctionner sur le long terme nécessite une forte adhésion, que chacun s’approprie son supermarché or ce n’est possible que s’il est construit avec les apports du plus grand nombre. Et au delà de cet aspect très terre à terre, c’est tout simplement en se nourrissant des idées, opinions et compétences du plus grand nombre que le supermarché coopératif deviendra non seulement un lieu d’achat mais aussi une richesse pour le pays de Brest et ses habitants.

Il ne faut pas oublier non plus que c’est un projet bénévole, en tant que tel il était aussi important de trouver des moyens de prévenir la fatigue ou la baisse de motivation qui conduit bien des associations à l’immobilisme. C’est pourquoi nous avons opté pour des mandats non renouvelables relativement courts (6 mois à 1an). D’autre part, nous voulons réellement favoriser l’implication de tout le monde comme avec le tirage au sort pour une partie des membres de la coordination.

D’autre part, nous nous appliquons en ce moment à tester cette manière de fonctionner avec l’association afin d’avoir du recul sur notre système et le rendre efficace pour qu’il soit au point lorsque nous créerons l’entreprise coopérative et ses instances dirigeantes.
Aujourd’hui, l’une des principales problématiques est de trouver comment rendre efficace un fonctionnement où les étapes de dialogue et de prise de décision collectives doivent rester impératives.
Ce sont des étapes qui bien que nécessaire prennent inévitablement du temps. Or la création du supermarché coopératif est un projet complexe qui nécessite donc un travail efficace pour pouvoir mener le projet à bien et qu’il ne meurt pas dans l’oeuf.
Pour l’instant, il semble qu’un gros travail d’anticipation et de planification puisse apporter d’excellentes réponses à cette problématique.

  • Plus largement, quels sont les principaux enjeux et défis auxquels Ti Coop va s’attaquer dans les mois/l’année à venir ?

Le premier enjeu auquel nous allons nous "attaquer" est d’inclure l’ensemble de la population du pays de Brest dans le projet. L’enjeu de ce supermarché coopératif n’est pas seulement de créer un "petit" endroit en dehors de la société de consommation, mais bien d’offrir au plus grand nombre un modèle de consommation alternatif, plus juste humainement, économiquement et écologiquement. Or cet objectif ne sera rempli que si des habitants de toute l’agglomération, et même du pays de Brest nous rejoignent. A nous donc d’aller vers eux, qu’ils soient ou non déjà sensibilisés aux problématiques cités plus haut.

La gamme de produits et l’approvisionnement du magasin représentent un autre enjeu important aujourd’hui. La gamme tout d’abord puisque l’objectif du supermarché est bien de pouvoir venir y faire son plein de courses comme on peut le faire dans la grande distribution. Cela implique donc de pouvoir y trouver une large gamme de produit pour ne pas avoir à aller faire de complément ailleurs. Il nous faudra donc trouver des fournisseurs en respectant la charte de l’association : mettre une très grosse priorité sur le local et le bio mais sans que le prix ne puisse être un frein pour certains, quitte parfois à proposer par exemple bio et conventionnel sur un même produit.

Et finalement, le futur gros morceau sera l’organisation des vacations (les trois heures de bénévolat par mois). On se prépare sans doute quelques nuits blanches de réflexions pour organiser un système qui permettent de faire tourner le magasin tout en offrant une expérience humaine et un cadre de travail agréable pour tous.

  • A vous la parole ! Quelque chose à rajouter ? Un message à faire passer ?

Viendez, adhérez, visitez notre site, chacun selon ce qu’il peut ou veux faire !

Ressources :
Le site de Ti Coop : https://ticoop.fr/
Le dossier de présentation du projet : https://ncloud.zaclys.com/index.php/s/CpKHwfrjindc8xJ
Intercoop : Les rencontres physiques des supermarchés coopératifs et participatifs : https://rencontres.supermarches-cooperatifs.fr/

Portfolio