Accueil > Innovations > // Parallèle // Saint-Brieuc

// Parallèle // Saint-Brieuc

Valoriser le réemploi, le prêt et l’échange de biens et de services

À propos du projet

// Parallèle // Saint-Brieuc c’est un petit réseau briochin de gens qui ne se connaissent pas tous forcément mais qui ont des contacts en commun et qui peuvent être intéressés par :

- DONNER
- ÉCHANGER
- TROQUER
- VENDRE (à petits prix : MAXIMUM ceux du marché de l’occasion)
- SE RENDRE DES SERVICES

Un marché parallèle, donc, qui nous permet de lancer simplement une annonce parce qu’on a un frigo qui déborde de nourriture 2 jours avant de partir en vacances, un fauteuil dont on ne veut plus mais qui pourrait servir à quelqu’un d’autre ou encore parce qu’on a besoin d’une perceuse pour 10min ou d’un fond de peinture sans avoir l’utilité d’un pot entier que l’on irait acheter dans un magasin.

Un réseau pour se rendre service de manière simple et sans prise de tête.

Pas du tout pour concurrencer Freecycle, les SEL ou les sites internet de dons mais juste parce qu’un certain nombre de personnes n’ont pas forcément envie de s’inscrire dans ces réseaux alors qu’elles utilisent FB tous les jours...

En quoi ce projet est-il singulier et créatif ?

Il est créatif car il s’approprie d’un outil "de masse" pour promouvoir des usages différents, habituellement considérés comme appartenant à des réseaux alternatifs.

Quelle est la plus-value sociale du projet ?

Ce projet permet de toucher à public à la fois local et diversifié (toutes les personnes qui sont sur Facebook sont une cible potentielle). Il permet par ailleurs de générer du lien social entre personnes qui ne se connaissaient pas forcément.

Quel est le potentiel de déploiement de cette initiative ?

Le concept // Parallèle // est un concept OPEN SOURCE : chacun est libre de créer un groupe // Parallèle // pour une localité, sans même devoir préciser que le 1er groupe a vu le jour à Nantes.

Quel a été le facteur déclenchant de ce projet ?

L’envie de toucher un public plus large que celui de ceux qui sont déjà dans des réseaux du type SEL ou qui ont déjà l’habitude de donner plutôt que jeter ou d’acheter d’occasion. L’envie de permettre à des gens qui ne se connaissent pas de se retrouver autour de gestes simples et utiles.

Quel est le modèle économique de ce projet ?

Ce projet n’a pas de modèle économique, il est porté de façon bénévole.

Aucun média