Accueil > Innovations > Atelier de co-réparation de Nantes

Atelier de co-réparation de Nantes

Co-réparons nos objets !

À propos du projet

LA RENCONTRE DE CITOYENS ET CITOYENNES ANIMES PAR UNE ENVIE COMMUNE : CO-REPARER
Où des bricoleurs experts ou amateurs, des couturières du dimanche, des bidouilleurs en tous genres, viennent partager leurs trucs et leur maîtrise avec toute personne souhaitant apprendre à réparer soi-même ses objets.

UNE AVENTURE SPONTANEE QUI SE CO-PREPARE
L’histoire commence sur les réseaux sociaux début 2014, avec une idée échangée entre des citoyens et citoyennes qui ne se connaissaient pas. L’idée prend forme autour d’un café, et finit par se structurer peu à peu avec des associations.
Une fois la date posée à l’occasion de l’évènement du Festiv’Faire, la page facebook devient le coeur de la propagation. Afin d’évaluer les besoins et de mettre en face les ressources le jour J, l’Atelier de co-réparation a mis en place des listes de bricolés avec intention de bricole et des listes de bricoleurs avec aptitudes et matériel. Ce sont aussi les abonnés de la page Facebook qui ont choisi le logo.

UNE INITIATIVE A LA PROPAGATION INATTENDUE
Cette initiative spontanée de citoyens mobilise. En moins de 48 heures près de 300 personnes ont "liké" la page facebook. Des dizaines de "bricoleurs" se sont manifestés pour venir co-réparer. Des "bricolés" nous ont envoyé leurs besoins de bricolage. Chaque jour des dizaines d’individus viennent apporter leur soutien.

ET PEUT-ETRE L’EXPRESSION D’UNE NOUVELLE SOCIETE
On sent se propager d’autres envies : se réapproprier les objets, lutter contre le gaspillage, l’obsolescence programmée des produits, l’envie de faire durer plutôt que de jeter, remettre les mains dans le grille-pain, s’initier à la couture, partager des petits trucs, des conversations, un café, des valeurs peut être.

Le 1er Atelier de co-réparation a eu lieu le 29 novembre 2014 place des Lauriers, à Nantes, les prochaines dates seront annoncées sur la page Facebook. Il reste un événement co-organisé : tout citoyen, association ou autre acteur peut contribuer à l’organisation des prochaines éditions.

En quoi ce projet est-il singulier et créatif ?

Ce projet est singulier car il a été organisé de façon spontanée par des citoyens qui ne se connaissent pas et se sont retrouvés autour d’une envie commune. Et il a vocation a garder cette dimension ouverte et collaborative. N’importe quel citoyen, association ou autre acteur peut rejoindre l’organisation des prochaines éditions.

Quelle est la plus-value sociale du projet ?

Nous avons repris l’esprit des Repair Cafés mais tout en l’ajoutant une dimension itinérante, afin de toucher différentes populations. La première édition a été organisée dans un quartier populaire de la ville de Nantes et a permis de faire venir des gens qui n’ont pas forcément l’habitude (ou une raison) d’aller dans ce quartier.

Quel est le potentiel de déploiement de cette initiative ?

Cette initiative peut-être déployée facilement dans s’autres territoires.

Les outils mis en place peuvent être repris par d’autres groupes :

> Appel aux bricoleurs : qui veut venir bidouiller ?
http://goo.gl/Ev6DPX

> Appel aux bricolés : qu’envisagez vous d’amener comme objets à réparer ?
http://bit.ly/1Ac8Ija

Quel a été le facteur déclenchant de ce projet ?

Le facteur déclenchant de ce projet était une envie et un constat communs : c’est de plus en plus difficile de trouver des réparateurs pour nos objets. La réparation est souvent plus coûteuse, voire déconseillée par les réparateurs eux-mêmes, que l’achat d’un produit neuf !

Quel est le modèle économique de ce projet ?

Pas de modèle économique pour l’instant, tout est basé sur du bénévolat.

Aucun média